Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 21:45

DSCF1890_edited.JPG 

 

Dans un orchestre, le hautbois donne le "la" ( note de référence ) afin de mettre  les

musiciens d'accord sur la justesse. Lorsque "parle" le hautbois, tout le monde se tait !

Il  est une sorte de chef.  ( Je rêve d'un "la" planétaire qui résoudrait tous les conflits...)



Un hautbois est un instrument conique et longiligne fabriqué en  bois de grenadille.

A son extrémité une anche double, faite de de deux moitiés de roseaux, permet

d'émettre le  son  qui sera amplifié par le corps de l'instrument.


Sur sa longueur,  un mécanisme de "clés" en métal brillant représente un petit "clavier", 

 brandebourgs compliqués sur lesquels  les doigts experts façonneront les notes 

de musique. 


Haut-bois : parce que l'instrument est fait de bois et qu'il sonne haut (soprane)


Le hautboïste est  un fin bricoleur. Il  réalise lui-même les anches dans

lesquelles il soufflera. Pour cela, une panoplie de bricolage spécifique (pince, grattoir,

tournevis, fil, colle, cutteur, mandrin, etc...) le suit en permanence.

Il est le "Mac Giver" de l'orchestre, nous le savons et usons parfois de ses services...

 "Haut-boîte-à-outils-te" est le surnom humoristique qu'il aime se donner.


 Recette pour fabriquer une anche :

 

Choisir un roseau méditerranéen, blond, rond et chaud qui sent la garrigue et mémorise

encore le chant des cigales.

Avec l'appareil à couper le roseau en trois  ( le petit frère de

celui à couper les cheveux en quatre) appelé " flèche", on obtient trois morceaux de

roseaux longs de dix centimètres environ. On choisit un de ces morceaux que l'on passe

dans  la  machine suivante : "la gougeuse" servant à raboter l'anche dans son

épaisseur.

La mise en forme s'effectue ensuite avec le "taille-anche" suivi de  la "gratteuse", et

enfin de l'indispensable main humaine. Cette dernière affinera au "grattoir " l'extrémité 

du  roseau  pour lui donner  sa  précision ultime. 

Ensuite on plie en deux ce roseau travaillé, on le ligature sur un tube en métal entouré de

liège que l'on place ensuite dans l'embouchure. Et le tour est joué ! 

C'est facile à dire... L'anche est le poison quotidien de l'hautboïste, le supplice de

Prométhée constamment renouvelé... Jamais stable,  si fragile et si sensible aux

variations de températures, elle représente un danger de ratage permanent. 

La durée de vie d'une anche est très courte et le résultat de son élaboration est toujours

 hasardeux :  seulement une anche sur cinq ( en moyenne ) fonctionne !

L'instrumentiste est toujours à la merci d'un accident de son anche par rétractation de la

fibre du roseau  à cause du froid,  ou de sa dilatation à cause de l'humidité. C'est là

l'origine du "couac" pendant un concert. 

L'hautboïste est un anxieux chronique, son mal vous l'aurez compris c'est son anche !

Pauvre petit pâtre condamné à gratter en permanence du roseau, au bord d'une rivière

 ondoyante, l'été à l'ombre d'un saule... mais je m'évade !


                          ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


J'ai voulu souffler moi aussi dans le hautbois de mon ami Bernard. Approchant

précautionneusement mes lèvres de son précieux instrument, j'ai suivi scrupuleusement

ses conseils, avalé une bouffée d'air et, de toutes mes forces....et....

....de la folie !!!! Rien de rien !...mais absolument  RIEN n'est sorti de ce

  truc épouvantable !!

_Impression de souffler dans un tuyau bouché...


Voilà pourquoi je rends ici hommage aux si méritants hautboïstes , sans parler de la

magnifique sonorité de leur instrument.


Quelques photos :


DSCF1857.JPG

Boîte d'anches ( il en faut par avance car le hautboïste est un boulimique du produit en question )

 


DSCF1862.JPG

La tailleuse ( mais que fait mon mug "goéland" ici? Merci Delphine ! Avez-vous remarqué  le motif ?)

 


DSCF1886.JPG

Petit "fourbi" relatif au hautbois ( en vert la gougeuse , à côté de la pince, le grattoir au manche de bois)

 

 

DSCF1885.JPG

Hautboïste en faction...


 

DSCF1863.JPG

...après avoir élaboré sa "merveille" durant une heure. ( ci-dessus la "flêche" et aussi mon joli mug !)

Partager cet article

Repost 0
Published by Tosca Puccini - dans mon travail
commenter cet article

commentaires

François BAGNAUD 23/11/2010 17:55



Article très intéressant pour moi car je ne connais pas du tout cet instrument et sans ce blog, je ne m'y serais jamais intéressé. Je vais pouvoir refaire "Questions pour un Champion" (j'avais
participé à la création du jeu... j'étais jeune alors...).


Ce genre d'article me plaît beaucoup car il me fait découvrir un univers qui est passionnant, celui d'une musicienne, d'une artiste qui vit de sa passion..


A bientôt.


 


François



Tosca Puccini 23/11/2010 23:41



Eh bien, si ça vous plait je vais tâcher d'en faire pour vous des articles de cet ordre. Promis.



Chantal Vienet 23/11/2010 06:23



Que j'aimerais l'avoir celui-là, c'est le portrait craché du petit compagnon de mon Evie (adorable petite perruche que j'ai sauvée du gel, un jour de décembre lors que, toute petite elle avait du
s'échapper d'une cage et se réfugiait, transie sous les maigres feuillages de buissons d'un parc public, à Asnières...), elle vivait en liberté, ainsi que son titi qui prit soin d'elle
jusqu'à sa fin, à 12 ans... (elle poussa son dernier cri de joie dans mes bras, dans un élan de bonheur en voyant le soleil printannier, je l'avais "couvée" durant 4 jour, sachant qu'elle
périssait de vieillesse (dire que les perroquets vivent facilement 80 ans ! Mais là j'aurais eu chagrin de partir avant elle... !          
Drôles les destinées, Jacques Costarini était un musicien dans l'âme, chef d'orchestre hors pair (il avait fondé l'Orch Ph. de Besançon où je fis mes 1ères armes, m'ayant fait vivre, à 15
ans, les plus palpitantes émotions symphoniques de toute ma carrière, à l'égal de celles que me laissèrent plus tard S.Ozawa et Z.Metha à l'Opéra de Paris, c'est dire !), eh bien, je
retrouvais son fils Didier lors que j'enseignai à Asnières quelques 25/30 ans plus tard...! Le monde (des musiciens) est petit...!? J'espère connaître un jour ce merveileux Hautbois-Solo dont tu
m'as déjà souvent parlé, ma toute belle... (Au fait, pourrait-il me donner des nouvelles de Costarini père ?)...  Amitié profonde. Chantal



Tosca Puccini 23/11/2010 23:58



Bernard ne peut pas te donner de nouvelles des Costarini, père ou fils. Ils avaient bonne réputation c'est certain !


Et toi au violon, que fais-tu professionnellement à présent, as-tu des projets? Tu ne m'en parles pas...


Bisous ma chouette amie !



Chantal Vienet 21/11/2010 08:15



Superbe exposé !!!!  Bravo, Annie !!! Et tu crois que nos soucis de coussins sont graves ? Damned ! Queudal à côté de ça !! Ah ça, je les plains, chers merveilleux hautboïstes, qui nous
régalent de leurs divines sonorités, d'une expressivité égale à celle du violon, je trouve...  Que j'aime moi aussi cet instrument ! Je l'ai découvert dans ma jeunesse à Besançon, la classe
de Jacques Costarini était un exemple, nous avons fait des concerts avec notre "petit orchestre", créé par nous, les élèves, et quand nos copains hautboïstes étaient solistes, je vous jure que
les frissons étaient au rendez-vous !!! Inoubliables émotions...  Et que dire des rages soudaines explosant à la fin d'un loooooong traitement sur une anche, lorsque LE coup de trop faisait
rater le sublime chef-d'oeuvre : "l'anche du siècle" !!  Rrrrâââahhh  les pauvres ! Ce doit être une horreur intégrale, et dire que ce souci se reproduit sans cesse, selon les salles,
les températures, l'hygrométrie... Mais je ne vais pas refaire l'exposé si magistralement réalisé ci-dessus !  Sachez, en tout cas, chers amis, que je compatis de tout coeur et vous admire
incommensurablement !



Tosca Puccini 23/11/2010 00:47



Bernard connait bien jacques Costarini ! Nous sommes une grande famille, tu vois !


Malgré toutes les difficultés de cet instrument je peux t'assurer que Bernard en joue divinement : il n'est pas notre hautbois solo pour rien...Bisous



marie 21/11/2010 07:31



J'ai vu déjà des hautbois mais je n'ai jamais essayer dans jouer !!! Un sacré travail pour le fabriquer ... Bisous
bon dimanche



Tosca Puccini 23/11/2010 00:47



bel oiseau bleu, je me régale avec tes gifs ! merci Marie.*Bisous



Présentation

  • : Balades au bord de la musique, en lisant les animaux et en écoutant un livre
  • Balades au bord de la musique, en lisant les animaux et en écoutant un livre
  • : actualités de projets artistiques, littéraires et musicaux. Défense des animaux.
  • Contact

Météo de Nantes et Barbechat

YoWindow.com Forecast by yr.no

Recherche

Nombre de visiteurs

Une histoire d'amour déconcertante

241999 LCL C14 1

Mon livre sur un goéland

Sur la plage abandonné

Catégories