Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 21:07

Un violon repose sur la clavicule de son violoniste et le vide anatomique laissé entre l'épaule et le dessous de l'instrument est normalement comblé par un outil de forme variable appelé "épaulière".

 

L'épaulière se fixe sur les éclisses (bordures) du violon de diverses façons selon le modèle choisi.

Le choix de ce petit objet est judicieux car de lui dépend la bonne tenue, la justesse et la précision du jeu.

Chaque coussin ( autre nom plus commun de l'épaulière ) influe sur la sonorité de l'instrument.

Certains absorbent le son par compression trop importante des éclisses . D'autres sonnent "métallique " à cause du matériau qui le compose.

Initialement conçu pour le confort des pratiquants, tous les paramètres anexes conditionnent le choix du coussin.

 

Les violonistes possèdent un, voire deux de ces objets et s'adaptent une fois pour toutes à leurs critères de confort, de sonorité et d'ergonomie.

En ce qui me concerne, je dois posséder un gène fou qui me désociabilise totalement  des sentiers tracés par mes ainés. En d'autres termes, je suis en pérpétuelle révolution et je change de coussin comme de chemise, un par jour et parfois même plusieurs, n'ayant pas réussi à arrêter mon choix sur les qualités d'un seul et unique à cause des défauts de chacun !

 

Ainsi je possède une collection d'épaulières magnifiques et insatisfaisantes à la fois.

Laquelle choisir?

C'est la question que je me pose au quotidien.

Comment choisir une bonne épaulière? C'est la question que je vous pose !!

Si vous pensiez trouver ici une réponse, je suis désolée de vous décevoir.

 

Aujourd'hui, j'opte définitivement pour une solution provisoire assez satisfaisante tant du point de vue confort qu'esthétique puisque l'objet est sculpté dans le bois, avec le modèle "Match one". Encore une fois rien n'est définitif...sauf le provisoire en ce qui me concerne !

 Et je viens de me rendre compte que mes hésitations proviennent de l'autre objet complémentaire grâce auquel le violon s'équilibre entre nos mains, j'ai nommé ...la "mentonnière ". Comme son nom l'indique il s'agit du repose menton.

 

Voilà donc du travail sur la planche pour assembler mentonnière idéale avec coussin complémentaire, compte tenu de la diversité des modèle de ces deux catégories d'accessoires.

Voici la photo de mes épaulières réunies ( il en manque certaines introuvables dans l'immédiat ) Je vous épargne la photo de mes mentonnières afin de vous éviter un vertige...

 


DSCF1681

 

Ma collection privée : il y a là une petite fortune !

 

 

 

DSCF1688.JPG

 

Epaulière "Match one" en bois recouvert de cuir antidérapant

Partager cet article

Repost 0
Published by Tosca Puccini - dans mon travail
commenter cet article

commentaires

LMC 16/12/2016 13:47

Merci pour cet article très bien documenté ! Voilà qui va en aider plus d'un à faire son choix.

turlututu 16/04/2011 14:33



Bonjour Annie,


Mon approche a été la suivante : 


- appui du violon sur la clavicule et non sur l'épaule comme je le faisais auparavant


- positionnement latéral de la mentonnière : de telle manière que l'angle entre l'archet et les cordes soit idéal. Au milieu de l'archet, lorsque l'archet est bien à angle droit avec les cordes,
le coude doit faire un angle droit aussi. Cependant, je crois que c'est à adapter éventuellement en fonction de la longueur de bras : des bras plus courts semblent nécessiter de positionner la
mentonnière davantage vers le cordier pour pouvoir atteindre sans difficulté la pointe.


- hauteur de la mentonnière : à voir avec le coussin, mais je cherchais qqchose de très haut pour pouvoir utiliser un petit coussin Gewa malgré mon cou assez haut. La mentonnière doit tomber
naturellement sous le menton, sans qu'on ait besoin d'aller "chercher" trop loin avec la tête... 


- angle de la mentonnière par rapport à la table (la mentonnière SAS peut en effet basculer) : j'ai cherché à trouver un compromis. Un angle important permet d'atteindre plus facilement les
cordes avec les doigts de la main gauche, mais le poids de l'archet est moindre sur la corde de mi... 


- coussin : je voulais absolument un coussin simple, car les Kun ou Wolf se décrochaient sans cesse, je n'arrivais pas les régler correctement. Je pense que je devais trop serrer la tête sur la
mentonnière également... Le Gewa permet de rajouter un peu d'angle (cf point ci dessus) et assure de l'appui du violon sur la clavicule (cf point 1). 


 


Mon son s'est réellement amélioré, j'ai du revoir ma technique de main gauche en revanche ce qui a du prendre 2 mois à stabiliser (ce n'est sans doute pas encore fini..), mais je suis désormais
très content. Je trouve notamment que je peux plus facilement chanter dans les passages expressifs, le vibrato est plus libre. J'ai l'impression d'être aussi un peu plus juste dans les traits
rapides... mais ce n'est pas flagrant.  Et surtout : j'ai bcp moins mal au cou et au dos !! 


Je suppose que vous connaissez ce site : http://www.violinistinbalance.nl/index.html ? Il m'a beaucoup aidé dans ma démarche. 


Voila en résumé mon ressenti de violoniste amateur sur ces sujets techniques ! 


Bon courage dans vos recherches et bonne continuation. 



Tosca Puccini 18/04/2011 14:11



http://jouerviolon.canalblog.com/archives/accessoires__epauliere___mentonniere___/index.html


Merci pour ces indications précises. A mon tour de vous dire mon ressenti. Je suis allée sur ce lien après avoir commandé une mentonnière SAS moi aussi. Je l'attends. Pour lemoment je joue une
très plate en ébène sur laquelle je reviens toujours, avec une monture en carbone anti allergique. Bien sûr que le coussin demi lune est le plus simple et celui qui tiraille le moins les tendons.
Du coup le jeu est plus rassemblé, plus petit aussi. Le vibrato plus expressif mais je trouve que la justesse se détériore vite à la moindre fatigue avec ce coussin. On entend les démanchés (opus
8 !)


J'aime assez le "match one" à condition de changer les pattes et de relever celle de droite. Malheureusement ce coussin est défectueux: pas de vis agrandis, rien ne tient sans des fragments
d'allumettes pour caler la vis des pattes !


Je vais aller voir le site que vous me conseillez. Et cet après-midi j'essaie le coussi Menuhin amélioré que je possède déjà. 


Ma technique a été faite dans le sens du "violon intérieur" de madame Hoppenot avec qui j'ai d'ailleurs étudié. Donc les petits coussins ça me connait. Je peux aujourd'hui m'adapter


à tous les autres, comme on conduirait des voitures différentes sans souci. Mais vous me comprenez, nous recherchons le nec plus ultra, l'évidence qui nous fera nier tous les autres choix. Nous y
sommes presques...


A bientôt


Annie



turlututu 03/04/2011 16:37



Bonjour Annie,


J'ai enfin trouvé la combinaison qui me convient parfaitement (en tous cas à ce jour) : 


- mentonnière SAS (très facile à repositionner latéralement, et angle par rapport à la table réglable... donc très facile de faire divers essais avec)


- coussin Gewa. 


A travers mes divers essais (parfois décourageants..), je pense avoir pris conscience de 2-3 choses sur la "géométrie" du violon et la "cinématique" de l'archet (ainsi que le placement de la main
gauche, qui désormais pour moi est plus "efficace"). Je pense avoir trouvé une position plus adaptée, et mon son s'est amélioré ! 


Merci pour vos conseils, et à votre disposition pour continuer à échanger sur ce sujet,


turlututu 



Tosca Puccini 15/04/2011 19:09



Alors je prends connaissance de votre message aujourd'hui. La mentonnière SAS c'est comment? Et le coussin Gewa c'est le demi lune? Cela m'intéresse.


En fait je reviens à la demi lune en ce qui me concerne. Plus naturel et la main gauche mieux placée. pour les études de Dont vers les dernières plus difficiles, je teste l'ergonomie des
coussins. Dans Bach aussi... Ma mentonnière est en ébène, (meilleur son) et plate. Elle est à gauche et je place en face de moi la corde de sol. Au milieu c'est douloureux à cause de la monture
et ça me déséquilibre en m'obligeant à aller chercher derrière moi la corde grave.


Et vous?


c'est passionnant.


Annie



turlututu 12/02/2011 15:42



Bonjour Annie,


Merci mille fois pour votre réponse, c'est très très utile, je vais regarder attentivement tout ça... 


Réflexion faite, je pense que je choisirai mon coussin après m'être décidé sur la mentonnière. Sur les mentonnières, je cherche une mentonnière assez haute (plus de 3.5 cm) car j'ai un cou assez
long, et je souhaite en même temps minimiser la hauteur de mon coussin d'épaule. J'ai commandé une mentonnière SAS 35 mn, qui est effectivement assez haute, et qui présente
l'intérêt d'être ajustable dans une certaine mesure. Qui plus est, je crois que je préfère une mentonnière légèrement latérale (purement centrale ne me semble pas idéale pour moi, pour des
questions d'angle de l'archet au talon et de position de main gauche...). Mais mon luthier me dit qu'il a peur qu'une mentonnière haute abime le violon du fait de l'effet de levier
accru. L'avez vous testée par hasard ? et connaissez vous également d'autres modèles qui pourraient convenir ? et avez vous une opinion sur le fait que cette mentonnière puisse abimer le
violon ? 


Connaissez vous également le modèle Ohrenform ? 


Merci mille fois de vos conseils, d'autant plus précieux que vous avez visiblement testé beaucoup de modèles ! 


 



Tosca Puccini 13/02/2011 03:47



http://www.wps.pwp.blueyonder.co.uk/violin_shoulder_rests.htm


Voici un lien qui risque de vous intéresser. Pour ce qui est de la mentonnière, je la préfère en ébène pour la conduction du son et la plus plate possible, mais c'est personnel. Celle dont vous
me parlez je ne l'ai pas essayée bien que je la connaisse. Les montures centrales me blessent.


Voilà, je vous en dirai davantage ultérieurement si j'ai du nouveau.


A bientôt


Annie



turlututu 08/02/2011 21:31



Bonjour Annie,


Je suis également en pleine interrogation pour le choix de la mentonnière et du coussin. Mais c'est une réflexion récente... Hélas, je trouve que les luthiers ou les magasins de lutherie ne
disposent guère d'un choix conséquent (en tous cas pour les coussins). Et, même si on peut souvent essayer les modèles dans le magasin, on ne peut pas vraiment se rendre compte de tous les
aspects (confort, positionnement du violon pour les passages difficiles, son...) en 10 minutes. Et comme vous le soulignez, ces accessoires ont un prix certain... 


Serait il possible d'avoir certaines références des coussins que vous avez achetés, et éventuellement de partager votre retour d'expérience sur ces différents modèles ? 


Je réfléchis actuellement à une mentonnière centrale plutôt haute, et j'aimerais idéalement me passer de coussin "suspendus" type Kun, Wolf ou Mach car j'ai eu des soucis de décrochages avec
ce genre de modèle, et quel que soit le réglage ou le positionnement dudit coussin...  Mais je ne sais pas trop vers quoi m'orienter : modèle de Menuhin que je crois reconnaitre sur la
photo, coussin qui s'attache avec des élastiques, coussin en forme d'éponge... 


Un grand merci pour vos lumières et votre aide.... et bonne continuation pour votre blog. 


 



Tosca Puccini 09/02/2011 01:34



Bonsoir Turlututu !


Je partage tout à fait votre point de vue disant qu'on ne peut essayer les coussins convenablement avant deles acheter. Pour ma part, je me lance au filing et les achète sur le net. Dernièrement
j'ai acheté le dernier et luxueux Kun en bois : 100 euros de fichus en l'air !


Il absorbe le son autant sinon mieux qu'une pampers le ferait de ...bref, il ne vaut rien !


Alors mes recherches ont donné un résultat, des résultats, je vous en fais part :


Le coussin Epaula a toute ma tendresse car il est naturel, met le violon prêt du corps mais ne convient pas à l'orchestre où la fatigue génère des  névralgies cervico
bracchiales avec un tel coussin. De plus le son est trop timbré pour se mêler à un tutti d'orchestre et le jeu est rétréci.


Le Kun est pas mal mais il est pour moi une torture au niveau de sa barre.


Idem pour Viva la musica et autres barres. Le Menuhin m'arrache les cheveux, le Mach one est assez bien mais un peu raide à mon goût et
trop cambré. Je l'utilise parfois mais en changeant impérativement ses pieds qui glissent ( je mets ceux du bon musica à gauche et ceux du Augustin à droite pour
atténuer les aigus. 


Les Wolf sont à éviter : anti naturels et les pattes fichent le camp ( en concert !)


Le sosténuto est génial pour le son et le naturel, mais pas à l'orchestre, m^me soucis que l'épaula.


Le libéro esquinte mon violon lorsque je le retire, sa monture pour la mentonnière me blesse et je n'ai pas trouvé une mentonnière adaptée. En outre il est excessivement cher.


Dans le genre j'ai essayé le stowe master mais il est mou, trampoline et retire la précision au jeu ( dans les pianos et spiccato près de la corde, c'est agaçant)


Toujours dans les coussins libres attachés à la mentonnière, il existe le bel suono que je voudrais acquérir mais ne trouve pas sur le net. je vais devoir le commander et je
redoute le prix. C'est en tous cas ma prochaine acquisition ( Patricia Kopatchiskaja en vante les mérites et cette fille est sensationnelle !).


Actuellement je joue avec le bon musica que j'ai arrangé  et tordu de façon personnelle en changeant la patte droite pour atténuer les aigus. Il libère la main, donne un son
ample, permet une bonne décontraction, équilibre le violon dans son axe lattéral et me permet de me concentrer sur la musique sans souci terre à terre. C'est le coussin idéal pour
l'orchestre. 


Il me donne une bonne virtuosité et je ne loupe rien dans les partitions les plus délicates.


Je l'utilise donc, en attendant le bel suono...


Voilà, j'espère avoir répondu à votre attente et je vous remercie de votre commentaire.


Tenez moi au courant à votre tour si vous avez du nouveau, cela m'intéresse.


A bientôt,


Annie



Chantal Vienet 05/11/2010 08:11



Ah chère Annie, en voilà un point qui nous est commun : la recherche du coussin !! J'ai opté pour la barre, la même que la tienne, aussi KHUN qui "résonne" très
très bien, avant de... 


Nul plus que moi n'aura fait autant de recherches en ce domaine... Ma surdité m'a imposé de capter les vibrations par la conduction osseuse, non que mon oreille
gauche soit apte à les recevoir (l'oreille interne étant touchée, mission impossible), mais il était nécessaire que lesdites vibrations passent librement (par la machoire via une mentonnière en
bois très conducteur,  et la clavicule), pour rejoindre les système interne de l'oreille droite, sais-tu aussi que les vibrations se propagent par toute la boîte crânienne ? Bon, tu me diras
alors : plus de coussin !?... Non, te répondrai-je, ça, moi, je n'ai jamais pu, cette façon implique un changement de technique qui, quoiqu'on en dise, gêne une certaine liberté (encore ce mot)
d'action, notamment redescendre aisément des aigus, d'y aller aussi ! Lol (voir les deux arpèges du début des "airs russes" de Wieniawski, qui s'aventurent dans la colophane, sans coussin, vas-y
toujours !)... Enfin, c'est mon point de vue, j'en ai assez bavé avec la surdité pour en baver plus encore avec un changement de techique aussi drastique !
Donc, revenons à nos moutons : le coussin idéal : c'est celui qui, d'une part te laisse à l'aise, et/mais surtout laisse totale liberté au violon  de
résonner (or, si quoique ce soit effleure le bois (ne serait-ce que sur les éclisses), ça joue sur cette liberté, alors j'ai découvert un jour ô miracle ! le coussin LIBERO... La merveille des
merveilles !!!! un truc malléable que tu façonnes à ta guise, et surtout à ton épaule), que tu règles dans tous les sens que tu veux, hauteur, largeur, distance, et qui s'accroche à un système
spécial, lui-même relié à ta mentonnière (celle-ci doit être centrale (nul besoin pour autant qu'elle soit située en pont au-dessus du cordier), elle peut être largement orientée sur la gauche
(moi j'ai fait retailler une mentonnière d'alto car je joue beaucoup sur le côté et les mentonnières de violon n'étaient jamais assez larges), bref : le violon chante librement, toi tu chantes de
bonheur, tout le monde est content (toi, ton violon, et.... les gens qui t'écoutent ! Lol)...
Ce coussin est assez onéreux, mais il vaut l'investissement : honnêtement il a changé ma vie !!!
Pour revenir aux vibrations : comme elles sont ainsi parfaitement libérées, tu les captes par la mentonnière et sur la pointe de la clavicule d'une façon
incommensurablement plus importante que par n'importe quel autre système... Pas pour rien qu'il se nomme : LIBERO, joli nom qu'il mérite...



Tosca Puccini 22/12/2010 02:22



Bon, je cherche encore ! Le "libéro" me fait si mal au niveau du montage de la mentonnière que c'est intenable !



Chantal Vienet 05/11/2010 08:09



Ah chère Annie, en voilà un point qui nous est commun : la recherche du coussin !! J'ai opté pour la barre, la même que la tienne, aussi KHUN qui "résonne" très
très bien, avant de... 


Nul plus que moi n'aura fait autant de recherches en ce domaine... Ma surdité m'a imposé de capter les vibrations par la conduction osseuse, non que mon oreille
gauche soit apte à les recevoir (l'oreille interne étant touchée, mission impossible), mais il était nécessaire que lesdites vibrations passent librement (par la machoire via une mentonnière en
bois très conducteur,  et la clavicule), pour rejoindre les système interne de l'oreille droite, sais-tu aussi que les vibrations se propagent par toute la boîte crânienne ? Bon, tu me diras
alors : plus de coussin !?... Non, te répondrai-je, ça, moi, je n'ai jamais pu, cette façon implique un changement de technique qui, quoiqu'on en dise, gêne une certaine liberté (encore ce mot)
d'action, notamment redescendre aisément des aigus, d'y aller aussi ! Lol (voir les deux arpèges du début des "airs russes" de Wieniawski, qui s'aventurent dans la colophane, sans coussin, vas-y
toujours !)... Enfin, c'est mon point de vue, j'en ai assez bavé avec la surdité pour en baver plus encore avec un changement de techique aussi drastique !
Donc, revenons à nos moutons : le coussin idéal : c'est celui qui, d'une part te laisse à l'aise, et/mais surtout laisse totale liberté au violon  de
résonner (or, si quoique ce soit effleure le bois (ne serait-ce que sur les éclisses), ça joue sur cette liberté, alors j'ai découvert un jour ô miracle ! le coussin LIBERO... La merveille des
merveilles !!!! un truc malléable que tu façonnes à ta guise, et surtout à ton épaule), que tu règles dans tous les sens que tu veux, hauteur, largeur, distance, et qui s'accroche à un système
spécial, lui-même relié à ta mentonnière (celle-ci doit être centrale (nul besoin pour autant qu'elle soit située en pont au-dessus du cordier), elle peut être largement orientée sur la gauche
(moi j'ai fait retailler une mentonnière d'alto car je joue beaucoup sur le côté et les mentonnières de violon n'étaient jamais assez larges), bref : le violon chante librement, toi tu chantes de
bonheur, tout le monde est content (toi, ton violon, et.... les gens qui t'écoutent ! Lol)...
Ce coussin est assez onéreux, mais il vaut l'investissement : honnêtement il a changé ma vie !!!
Pour revenir aux vibrations : comme elles sont ainsi parfaitement libérées, tu les captes par la mentonnière et sur la pointe de la clavicule d'une façon
incommensurablement plus importante que par n'importe quel autre système... Pas pour rien qu'il se nomme : LIBERO, joli nom qu'il mérite...



Tosca Puccini 22/12/2010 02:22



...mais je finirai par trouver! 



François BAGNAUD 08/10/2010 00:27



Je découvre un monde que je ne connais pas du tout. Celui des violons et des violonistes comme vous. La musique, les oeuvres classiques et même la Variété française, ça va. Mais le violon...!!!
J'aime sa sonorité et ses pleurs parfois, c'est beau et émouvant, mais je ne saurais même pas comment le tenir entre mes mains, c'est vous dire...


C'est bien les blogs, on apprend des choses sans le vouloir... 


Dommage, je ne fais plus de jeux télévisés mais bon, c'est intéressant d'en apprendre chaque jour. 


Aujourd'hui, j'ai appris à faire de la confiture de tomates vertes, j'ai appris ce qu'était un champignon "lactaire", car j'en ai plein ma pelouse autour de mon peuplier... Et j'ai appris aussi
(mais ça je le savais déjà !) que certaines personnes sont vraiment "irrécupérables de conneries"...


Heureusement comme dirait "qui vous savez...", il reste encore une poignée de gens merveilleux, dont vous semblez faire partie, chère "blogueuse"...


Bonne nuit.


 


François



Tosca Puccini 08/10/2010 03:30



Merci François de ce très gentil commentaire.


Ainsi vous avez "gagné des millions" à la télé?


On aimerait en savoir plus...


Quant aux irrécupérables, les zapper dans l'invisibilité...et passer son chemin. Il y a tant de choses à faire, comme des confitures ou des poires au vin: Delphine aura droit à ces dernières
samedi soir. 



Présentation

  • : Balades au bord de la musique, en lisant les animaux et en écoutant un livre
  • Balades au bord de la musique, en lisant les animaux et en écoutant un livre
  • : actualités de projets artistiques, littéraires et musicaux. Défense des animaux.
  • Contact

Météo de Nantes et Barbechat

YoWindow.com Forecast by yr.no

Recherche

Nombre de visiteurs

Une histoire d'amour déconcertante

241999 LCL C14 1

Mon livre sur un goéland

Sur la plage abandonné

Catégories